Nouvelles

Foire aux questions – Qualité de l’air au sein des établissements scolaires

Pourquoi avoir procédé à ces tests ?
En novembre 2020, le ministère de l’Éducation a lancé une campagne de caractérisation du taux de CO2 dans les écoles du Québec. Le Centre de services scolaire de la Baie-James a donc procédé à des tests préliminaires en lien avec la nouvelle Directive sur la ventilation des installations scolaires visant à vérifier la qualité de l’air au sein de ses établissements.

Y a-t-il des liens à faire entre la qualité de l’air et la COVID-19 ?
Le ministre de la Santé et des Services sociaux a mandaté un groupe d’experts multidisciplinaire, sur lequel siège le ministère de l’Éducation, pour faire le point sur l’état des connaissances scientifiques relatives à la transmission de la COVID-19 en lien avec la qualité de l’air.

Bien qu’une bonne ventilation des lieux et une augmentation du nombre d’échanges d’air comptent parmi les mesures recommandées, pour minimiser les risques, elles doivent être mises en application en complémentarité avec les mesures recommandées par les autorités de santé publique.

Dois-je m’inquiéter de la qualité de l’air au sein des établissement ?
Nos échanges avec des experts au dossier nous assurent qu’il n’y a pas de danger si les mesures requises sont appliquées pour faire circuler l’air. Des recommandations spécifiques ont été émises et une firme d’experts spécialisés en hygiène au travail a été embauchée. Nous appliquons à la lettre les recommandations des experts de même que les directives sur la ventilation des installations scolaires de la Direction générale des infrastructures du ministère de l’Éducation.

Sachez que le CSSBJ accorde une très grande importance à la qualité de l’air dans les écoles de son réseau. La santé et la sécurité des élèves, des enseignants et de l’ensemble du personnel sont une priorité.

Quelles sont les mesures mises en place ?
Il s’agit d’assurer une meilleure circulation de l’air pour les locaux ventilé naturellement. Parmi les mesures recommandées, il y a :

  • D’ouvrir, si possible, les fenêtres et les portes avant le début des classes et après la fin des classes;
  • D’aérer régulièrement les locaux occupés en ouvrant les fenêtres durant la journée de classe, idéalement en l’absence des élèves, même en période hivernale;
  • De mettre en place une routine pour s’assurer de fermer toutes les fenêtres après l’aération quotidienne des classes pour prévenir le gel des conduits contenant des liquides, des glissières et de la quincaillerie de fenêtres;
  • De laisser les portes des salles de classe ouvertes le plus souvent possible;
  • De profiter des périodes entre les cours pour ouvrir les portes et les fenêtres au maximum pendant environ 5 minutes, et ce, même en période hivernale;
  • De maintenir les vasistas (petites fenêtres situées au-dessus des portes de classe) ouverts au maximum si le local en est muni.

 Nous avons également procédé à l’embauche d’une firme d’experts spécialisés en hygiène au travail et nous évaluons actuellement d’autres mesures à mettre en place.

Dans quelles écoles les tests ont été effectués ?
Nous avons préalablement sondés les écoles Bon-Pasteur, Vatican II, Notre-Dame du Rosaire, La Porte du Nord de même qu’une la mini-usine du Centre de formation professionnelle de la Baie-James. L’échantillonnage se poursuivra au cours des prochaines semaines en collaboration avec les écoles concernées. Des mises à jour suivront.

Pour toutes questions supplémentaires, vous pouvez nous écrire via la boite courriel : qai@cssbj.gouv.qc.ca

 

 

 

 

 


Toutes les nouvelles