Capsules

L’intimidation, un enjeu pris au sérieux

Le climat scolaire est une préoccupation majeure dans nos établissements d’enseignement. En effet, les écoles ont à cœur d’offrir un milieu sain et sécuritaire aux enfants qui les fréquentent. Depuis quelques décennies, plusieurs mesures et campagnes de sensibilisation ont été mises en place pour tenter de contrer l’intimidation et la violence, parfois avec succès, d’autres fois sans arriver à éviter des situations malheureuses. Avec l’adoption de la loi 56 en 2012, c’est de façon concertée que les écoles, les commissions scolaires et le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) travaillent à mettre en place des moyens concrets dans un but commun : soutenir, sensibiliser et outiller les enfants (qu’ils soient acteurs, témoins ou victimes), les parents et tous les adultes, afin d’agir pour faire cesser l’intimidation et la violence en milieu scolaire et ainsi offrir des milieux de vie pacifiques aux élèves.

 

En 2012, à la suite de plusieurs consultations publiques, la Commission de la culture et de l’éducation a apporté des modifications au texte législatif en précisant les concepts d’intimidation et de violence qui sont maintenant clairement définis par des experts. Il y est notamment spécifié que les responsabilités et les devoirs sont dorénavant d’ordre collectif. Cette loi a donc obligé les commissions scolaires, ainsi que les écoles et leurs partenaires, à adapter leurs pratiques pour mettre en place des outils facilitant le dépistage de situations de violence et d’intimidation et des procédures de dénonciation et d’intervention claires lorsque de tels cas sont décelés. D’ailleurs, chaque établissement scolaire de la province a dû se doter d’un plan de lutte contre la violence et l’intimidation. Ce plan de lutte, rendu public annuellement, doit obligatoirement contenir les points suivants :

  • Prévoir des mesures de prévention visant à contrer toute forme d’intimidation et de violence;
  • Définir comment effectuer un signalement ou comment déposer une plainte concernant un acte d’intimidation ou de violence;
  • Préciser les actions à mettre en œuvre lorsqu’un acte d’intimidation ou de violence est constaté;
  • Définir les mesures offertes à un élève victime d’un acte d’intimidation ainsi que celles offertes à un témoin ou à l’auteur d’un tel acte;
  • Déterminer les sanctions disciplinaires selon la gravité ou le caractère répétitif de ces actes;
  • Assurer et spécifier le suivi qui doit être donné à tout signalement d’un acte d’intimidation ou de violence.

 

Tous les établissements scolaires sont aussi tenus de réviser ce plan de lutte régulièrement pour qu’il reflète le mieux possible les actions effectuées dans leurs écoles et la réalité dans laquelle ils évoluent. Les écoles de la Commission scolaire de la Baie-James (CSBJ) ne font pas exception, elles ont dû s’adapter. C’est dans cette optique de combattre l’intimidation et la violence que la CSBJ s’est dotée d’un comité s’occupant spécifiquement du dossier climat scolaire, violence et intimidation (CVI). D’ailleurs, c’est cette fameuse équipe qui a mis en place des campagnes de sensibilisations régionales pour conscientiser les élèves, les parents et la population de la Jamésie aux enjeux liés au climat scolaire et à l’importance d’agir ensemble face à des situations de violence ou d’intimidation.

Cette année, une nouvelle campagne a été lancée le 18 novembre qui s’intitule « Ensemble contre l’intimidation. Osons faire la différence ! » Cette campagne permettra de renouveler les outils de prévention et de dénonciation, et d’informer le personnel des établissements scolaires, les élèves ainsi que les parents à propos des manifestations de la violence. La CSBJ veille activement à ce que chacune de ses écoles offre un milieu d’apprentissage sain et sécuritaire pour que chaque élève puisse s’épanouir à son plein potentiel.

Gaël Coulombe et Alexandre Laprise -Goulet
Animateurs à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire

Version imprimable

 


Toutes les capsules