Capsules

La rentrée scolaire

La rentrée scolaire

Mon enfant entre à la maternelle. Quelle étape! Suis-je prêt? Est-il prêt? Va-t-il bien apprendre, se faire des amis, bien écouter? Tellement de questions sur cette première étape dans le monde scolaire.

Afin de favoriser une entrée scolaire positive chez vos enfants, que ce soit en maternelle, en première année ou en sixième année, il demeure primordial de faire preuve d’une attitude positive en tant que parent afin de démontrer à notre enfant que nous savons que tout ira bien, qu’il sera en sécurité.

Un parent inquiet et anxieux face à la rentrée scolaire de son enfant peut lui transmettre cette insécurité et ainsi rendre l’adaptation ou l’intégration plus difficile. À long terme, l’enfant qui n’arrive pas à se sentir bien dans son école ou dans sa classe peut développer une anxiété de séparation qui pourrait influencer son ouverture face aux apprentissages ainsi qu’au développement de bonnes relations sociales. Plus la situation perdure, plus l’enfant aura l’impression que l’école est un milieu insécurisant.

Il est important que le parent s’intéresse à la vie scolaire de son enfant, qu’il lui montre qu’il a confiance au milieu, aux enseignants, à la direction ainsi qu’envers tous les autres intervenants scolaires que les enfants peuvent côtoyer.

Si l’on ressent la présence d’anxiété face au milieu scolaire, malgré une attitude positive du parent, il ne faut surtout pas ignorer les manifestations. On peut :

  • Vérifier avec l’enseignante comment ça se passe dans la classe ainsi qu’au service de garde, si tel est le cas.
  • Questionner son enfant sur ce qui le dérange, voir ce qu’il aime à l’école, ce qui est plus difficile, ce qui lui fait peur.
  • Questionner par rapport aux relations avec les pairs.   Il faut encourager l’enfant à parler de ce qu’il ressent, de ce qu’il vit. Selon la situation, on pourra voir avec le milieu scolaire les moyens à mettre en place si une situation particulière s’est produite. Si l’enfant présente des craintes, on tente de le rassurer, de soulever ses forces, d’identifier ce qui va bien, de faire ressortir le positif.  La présence de craintes peut être normale en début d’année. On peut seulement dédramatiser et nommer à l’enfant qu’il faut un certain temps pour s’intégrer, s’adapter.   Si, malgré l’essai de plusieurs moyens, la présence d’anxiété demeure présente chez l’enfant, il pourrait s’avérer pertinent d’en parler avec un professionnel afin d’intervenir rapidement et d’éviter que la situation ne s’intensifie davantage.
  • L’utilisation de ces moyens peut également être aidante pour les enfants :
  • Faire un dessin en lien avec ce qu’il ressent.
  • Colorier un mandala.
  • Faire des respirations :
  • Inspire par le nez, comme si tu sentais une fleur ou un gâteau;
  • Compte dans ta tête jusqu’à 3;
  • Expire comme si tu soufflais une chandelle ou si tu faisais des bulles.

Julie Néron , psychologue

La rentrée scolaire


Toutes les capsules