Capsules

La communication et la rétroaction positives

« L’adulte qui côtoie [un enfant] au quotidien joue un rôle de premier plan en tant que modèle. L’élève apprend initialement par l’exemple et par l’observation de son entourage.¹ »

Si, en tant qu’adultes, nous montrons l’exemple en adoptant une communication positive en tout temps lors de nos interactions (même en cas de conflit ou dans nos interventions devant des comportements dérangeants), il y a fort à parier que les enfants suivront la cadence.

Qu’est-ce que la communication positive? 

Les mots que nous choisissons importent : ils influencent les enfants que nous côtoyons. Trois mots-clés guident la communication positive : le civisme, le respect et la bienveillance. Communiquer positivement, c’est faire le choix « d’exprimer verbalement ses émotions et ses opinions de façon respectueuse et responsable pour limiter les répercussions négatives sur les autres et sur le climat général du milieu² ».

Qu’est-ce que la rétroaction efficace (et positive!) en matière de comportement? 

La rétroaction en matière de comportement, c’est l’information que nous donnons à notre enfant sur l’état de son comportement : qu’est-ce qui est adéquat ou qu’est-ce qui doit être amélioré? Si, devant un comportement dérangeant, nous choisissons de gronder, d’élever la voix, de juger, nous faisons certes une rétroaction (un retour sur l’action), mais elle n’est pas efficace et certainement pas positive, car elle ne permet pas à l’enfant de se situer par rapport à ce qui est acceptable ou non. Si le comportement est inadéquat, il est recommandé de nommer le comportement attendu de l’enfant et ce qu’il doit faire pour l’améliorer ainsi que la valeur qu’il a enfreinte : la sécurité, le respect, etc. L’enfant concevra alors plus clairement ce qui lui est demandé et le bienfondé de se conformer à ce qui lui est adressé. Par exemple, au lieu de dire « tu as manqué de respect » on peut formuler la remarque de la façon suivante : « Je m’attends à ce que tu t’adresses poliment à moi. De cette manière, tu fais preuve de respect. Peux-tu m’expliquer ce qui ne va pas? ».

Comme adultes, avons-nous tendance à relever ce qui fonctionne ou ce qui ne fonctionne pas? La rétroaction positive en matière de comportement vise à mettre en lumière les comportements adéquats des enfants de manière à renforcer ces comportements. En d’autres termes, « [il] s’agit de faire part à l’autre de notre approbation ou de notre satisfaction par rapport à sa conduite afin de l’encourager à la maintenir³ ». Il est important d’être spécifique dans le commentaire donné et de faire référence à un exemple précis où le bon comportement, la bonne attitude a été manifestée. Par exemple, si l’ami de votre enfant aide celui-ci à ranger le matériel après une après-midi de jeux, vous pouvez demander à votre enfant s’il a apprécié recevoir de l’aide et l’encourager à le dire à son ami en insistant sur le faire que, grâce à son aide, la tâche a été complétée plus rapidement. De cette manière, les enfants ont pris conscience d’un comportement positif et constructif et apprendront, peu à peu, l’importance de nommer les comportements et leurs conséquences.

Être un modèle de communication positive : comment m’y prendre?

S’il peut être aisé d’être respectueux, positifs et bienveillants, lorsque nous ne sommes pas atteints personnellement, il en est autrement lorsque nos valeurs et nos sentiments sont heurtés. Il est alors important de laisser aller l’impatience, le désarroi ou la colère, de nous remémorer le choix fait et de nous exprimer positivement car « Les apprentissages [des enfants] concernant l’utilisation de stratégies positives d’expression de soi et la socialisation sont grandement influencés par les interactions dont ils sont témoins ou auxquelles ils prennent part avec des adultes ».

Il est important de préciser que faire le choix de s’exprimer positivement ne signifie en rien refouler ses émotions ou ses opinions. Cela signifie simplement que nous pensons aux effets sur les autres des choix de mots que nous ferons : envenimeront-ils la situation ou permettront-ils à nos enfants d’apprendre la manière de nommer leurs émotions lorsqu’ils sont contrariés?

Voici trois conseils pour être un modèle de communication positive :

1- ÊTRE ATTENTIF À LA COMMUNICATION AU QUOTIDIEN 

Pour suivre ce conseil, il est nécessaire d’être vigilants : avons-nous des propos malveillants envers d’autres personnes? Avons-nous tendance à crier ou à nous emporter? Sommes-nous impatients avec les autres? Les écoutons-nous activement? Si nous souhaitons être positifs, il peut être intéressant de commencer par écouter ce que l’autre a à dire avant de réagir promptement.

2-  RECOURIR À LA COMMUNICATION POSITIVE EN RÉACTION À DES ACTIONS OU À DES PAROLES INAPPROPRIÉES 

Les paroles inappropriées peuvent susciter des réactions émotives fortes comme la colère ou la frustration. La gestion adéquate des émotions est donc de mise : il importe de reconnaître l’émotion ressentie et ses effets sur nous, de trouver un moyen de nous calmer, de chercher leur cause et d’exprimer le tout de façon adéquate. Il importe finalement d’intervenir et de nommer le comportement inapproprié, la valeur à respecter et le comportement attendu.

3- ACCOMPAGNER LES ENFANTS AU QUOTIDIEN DANS L’ACQUISITION DE STRATÉGIES DE COMMUNICATION EFFICACES 

Nous avons le devoir de montrer l’exemple aux plus jeunes. Ainsi, si nous souhaitons qu’ils soient respectueux des autres dans leurs paroles et dans leurs actions et qu’ils fassent preuve de bienveillance, c’est à nous, comme adultes, de jeter un regard sur nos propres façons de communiquer et de les ajuster de manière à refléter cette intention. « [Puisqu’]il faut tout un village pour élever un enfant » (proverbe africain), nous avons tous notre rôle à jouer pour outiller nos enfants à contribuer à un climat sain, sécuritaire et bienveillant!

Lucie Côté,
Conseillère pédagogique en français et responsable CVI

 

Version imprimable

____________________________

¹ Institut pacifique 2016. Matériel pédagogique pour l’enseignement de stratégies efficaces - Mes paroles, j’y vois : je m’engage pour une communication positive à l’école. [En ligne] http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/dpse/adaptation_serv_compl/Guide_2016.pdf
² Idem
³ Idem
⁴ Idem
⁵ Idem

 

 


Toutes les capsules